À propos de l'étude

Ce texte de vulgarisation résume l’étude de Stéphanie Boisvert et François Poulin : « Romantic Relationship Patterns from Adolescence to Emerging Adulthood: Associations with Family and Peer Experiences in Early Adolescence », Journal of Youth Adolescence, no 45 (2016), p. 945-958.

  • Faits saillants

  • Les parcours amoureux des jeunes peuvent être répartis selon une gradation en cinq groupes; le premier représentant une entrée tardive dans le monde des relations amoureuses et un nombre limité de partenaires, et le cinquième, une entrée précoce et un changement fréquent de partenaires.
  • Les garçons sont surreprésentés dans le premier groupe, alors que les filles le sont dans le cinquième. Les filles sont généralement plus précoces que les garçons.
  • Les jeunes du premier groupe éprouvent des difficultés à se faire des amis alors que ceux du cinquième groupe ont beaucoup plus de facilité. Ces derniers ont aussi plus souvent vécu des tensions familiales à la préadolescence.

Chez l’adolescent et le jeune adulte, les parcours amoureux[1] (romantic relationship patterns) sont multiples. Le jeu de la séduction commence tôt ou tard, selon la personne, et la durée des relations comme le nombre de partenaires varient au fil du temps. Certains parcours sont associés à des facteurs présents lors de la préadolescence, comme le degré de sociabilité (qualité des relations amicales) ou le climat familial. Le portrait est donc loin d’être simple et uniforme.

C’est en menant une étude longitudinale, étalée sur plus de 12 ans, que Stéphanie Boisvert et François Poulin, respectivement doctorante et professeur au département de psychologie de l’UQAM, ont pu constater l’éventail des cheminements amoureux possibles. En tout, 281 adolescents (63 % de filles) ont été sondés à l’âge de 12 ans, et ensuite, une fois par année entre 16 et 24 ans. L’objectif de l’étude était double. En premier lieu, identifier les différents parcours amoureux des jeunes à l’adolescence et au début de l’âge adulte. Ensuite, évaluer s’il existe un lien entre les relations amicales et les relations avec les parents, et le parcours amoureux qu’empruntent les jeunes à l’adolescence.

Cinq types de parcours amoureux

Boisvert et Poulin ont identifié cinq types de parcours amoureux. Le premier (later involvement) regroupe les adolescents et adolescentes qui mettent plus de temps à entamer une première relation amoureuse et qui limitent le nombre de partenaires. Le deuxième groupe (sporadic involvement) est composé de jeunes qui ont des partenaires de manière sporadique, de temps à autre, et dont la durée des relations varie. La particularité du troisième groupe (long-term commited) se situe dans la durée des relations : les jeunes entretiennent des relations amoureuses dites à « long terme ». Environ 50 % des participants à l’étude font partie de cette catégorie, ce qui en fait la catégorie dite « normale ». Les quatrième et cinquième groupes rassemblent respectivement les jeunes ayant des parcours amoureux où les changements de partenaire sont fréquents (frequent involvement) ou intenses (intense involvement).

Les filles plus précoces

Les garçons et les filles de l’étude ne suivent pas le même parcours amoureux. Les garçons sont surreprésentés dans la catégorie des entrées tardives (groupe 1) et des relations sporadiques (groupe 2). À l’inverse, les filles sont en surnombre dans les catégories 4 et 5, et connaissent donc des parcours avec plus de partenaires. Les auteurs associent cette tendance au fait que les filles sont habituellement plus précoces; elles entretiennent plus facilement des relations amicales avec des jeunes du sexe opposé, ce qui facilite le début des relations amoureuses.

L’influence des relations avec les amis et les parents

Les auteurs veulent aussi savoir comment les relations amicales et familiales peuvent avoir une influence sur le parcours amoureux des jeunes. Pour ce faire, les jeunes ont été sondés alors qu’ils étaient préadolescents (12 ans) sur la qualité de leurs relations amicales. Se sentent-ils aimés de leurs camarades de classe? Ont-ils tendance à s’isoler des autres? Ont-ils des amis proches ou des amis du sexe opposé?

Des questions portant sur le climat familial ont aussi été posées aux adolescents. Vivent-ils dans une famille où règnent la cohésion et la solidarité? Peuvent-ils demander et obtenir facilement du soutien de leurs parents? Ou y a-t-il beaucoup de conflits avec eux?

Aux extrêmes

Les résultats montrent que le lien entre les situations familiales et amicales a une influence plus marquée sur les jeunes qui se trouvent dans les groupes situés aux extrêmes (groupe 1 et 5).

Les jeunes qui vivent du rejet de la part de leurs camarades de classe, qui ont tendance à s’isoler ou qui ont peu d’amis (surtout de sexe opposé) sont fortement associés à la première catégorie de parcours amoureux. Ces jeunes commencent plus tardivement le jeu de la séduction et ont tendance à avoir moins de partenaires.

À l’opposé, les jeunes qui ont un parcours caractérisé par des changements fréquents de partenaires démontrent une forte sociabilité et une facilité à se faire des amis du sexe opposé. Par contre, ils sont aussi fortement associés à un climat familial moins harmonieux (sans cohésion) et vivent beaucoup de conflits avec leurs parents.

Plus conservateur ailleurs?

Une étude similaire menée aux États-Unis (Rauer et al., 2013) révèle des résultats parfois assez différents. Par exemple, environ 10 % des jeunes Québécois appartiennent à la première catégorie (relations tardives, partenaires limités), alors que cette proportion approche les 30 % aux États-Unis. Il serait intéressant de voir si de telles différences existent entre le parcours amoureux des jeunes Québécois et celui des jeunes du reste du Canada. Les jeunes Canadiens ont-ils des habitudes semblables à celles des Québécois ou à celles des Américains? À l’image de la popularité de l’union libre chez les adultes québécois, les caractéristiques des parcours amoureux des jeunes de la Belle province sont peut-être bien un phénomène assez unique.

_______

[1] Dans l’article, rédigé en anglais, les auteurs traitent des romantic relationship patterns. Un terme que les chercheurs francophones traduisent par « patrons relationnels ». Pour simplifier la lecture, nous utilisons ici l’expression « parcours amoureux ».